Éthic Étapes

Éthic Étapes CIS de Val Cenis Haute Maurienne/Vanoise - Savoie - France

Le Blog du CIS

La marche nordique s'invite au CIS

Actualité publiée le 13 septembre 2018

La marche nordique s’invite au CIS

Bien plus qu’une pratique sportive, la marche nordique est une discipline complète qui mobilise à la fois le corps et l’esprit et conduit ses adeptes à un bien-être harmonieux et durable. C’est fort de cette certitude que le CIS a choisi d’accueillir, les 29 et 30 septembre prochains, un week-end d’initiation à cette discipline qui a le vent en poupe. Encadrée par le spécialiste français de la marche nordique, Jean-Pierre Guilloteau, ce week-end vous permettra de conjuguer la beauté naturelle du site, les bienfaits de la marche active et du plein air, la gourmandise et la remise en forme : notre formule week-end inclut en effet des repas bio concoctés à base de produits locaux, une séance de SPA au centre Valfontaine et pas moins de 4 séances de 3 h à 3 h 30 de marche nordique !

 

Trouver son rythme sans perdre le nord

Par définition, la marche nordique, dérivée du ski de fond,  est une marche rapide qui s’effectue avec des bâtons spécifiques sur des terrains de différentes natures. La pratique, venue des pays scandinaves,  réunit de plus en plus d’adeptes dans le monde et fait même l’objet aujourd’hui de compétitions patronnées par la  Fédération Française d’Athlétisme. Mais pour Jean-Pierre Guilloteau, la marche nordique est bien plus que tout cela. Cet accompagnateur en montagne professionnel et moniteur de marche nordique exerce son métier à temps plein depuis 12 ans.  Pour ce passionné, également auteur de  La marche nordique, pratique et bienfaits, paru aux Éditions Glénat, l’ambition est tout autre : « Dans la marche nordique, il existe une correspondance absolue et immédiate entre le geste et le bienfait qu’il procure », explique-t-il, en insistant sur l’importance de la posture de marche « qui permet d’avancer avec fierté  et confiance vers l’avenir ».    

Si la marche nordique est accessible à tout âge et sans condition physique particulière, son apprentissage reste en effet essentiel. « Il existe différentes techniques de marche auxquelles il faut s’habituer, on n‘aborde pas de la même façon terrain plat et montée ou descente». De même, l’usage des bâtons requiert de la pratique. Le week-end d’initiation inclut donc des explications préalables et des exercices pour apprendre le maniement des bâtons et savoir adopter la meilleure posture de marche «  on marche droit, le regard vers l’avant », où il convient d’allonger son pas pour ne pas être en déséquilibre. Toutefois, Jean-Pierre insiste sur une dimension qui lui tient  particulièrement à cœur, celle du bien-être et du plaisir que procure cette pratique sportive. « La relation interpersonnelle est également très importante et la marche nordique permet aussi d’avoir des liens privilégiés avec les gens ». Il anime d‘ailleurs régulièrement des stages de formation à la pédagogie pour mieux cultiver cet  aspect et le transmettre aux moniteurs.

Il rappelle également qu’à la différence de la randonnée, la marche nordique mobilise le corps tout entier, muscles et tendons compris,  tout en sollicitant activement le système cardiovasculaire.  Au-delà des bénéfices que le corps tire de cette activité sportive d’endurance, plus intense qu’il n‘y paraît, une autre dimension plus inattendue confère à la marche nordique sa dimension particulière.  De fait, le travail de coordination et de respiration conduit aussi à un lâcher-prise tout à fait bénéfique pour l’esprit. Cet aspect psychologique inséparable de la discipline est bien ce qui fait d’elle, selon Jean-Pierre, « un sport harmonieux, complet et juste ». On ne saurait mieux dire.

 

Côté pratique

La marche nordique ne nécessite pas d’équipement coûteux mais requiert une bonne paire de chaussures de marche ou de trails. Le marcheur doit privilégier une tenue confortable en tenant compte de la météo (casquette, vêtement de pluie léger, coupe-vent). Mieux vaut prévoir également un petit sac à dos contenant de l’eau, des barres de céréales ou des fruits secs pour soutenir son effort.  L’usage de bâtons de marche spécifiques et adaptés à la taille du marcheur est en revanche 


0 commentaire à cet article

Ajouter votre commentaire